Accueil > Saison 4 Phoenix > Les combattants > Goldberg : une montagne qui vaut de l’or !

Goldberg : une montagne qui vaut de l’or !

jeudi 10 août 2006, par Maruyama

Goldberg nous reçoit aujourd’hui, dans une salle d’entraînement qui sent bon la sueur... pour ceux qui trouvent que la sueur sent bon ! Lui l’est, en sueur, et il répond à nos questions tout en faisant des presses avec une charge à... 280 kg !!

E-Zine : Goldberg, merci de prendre de ton temps pour nous recevoir. Peux-tu nous dire où nous sommes et pourquoi avoir choisi cet endroit pour l’interview ?

Goldberg : Tout d’abord je tiens à dire que c’est un lieu très particulier car c’est ma ville natale, Tulsa en Oklahoma. Mon premier combat je l’ai fait dans cette petite ville, c’est pour ça qu’elle m’est si chère.

E-Z : Et donc nous sommes ici dans ta première salle d’entraînement ? Comment as-tu commencé ? Peux-tu nous parler de tes débuts ?

G : Oui c’est ma première salle, j’ai commencé à l’âge de 8 ans. Mes premiers pas dans ce monde se sont révélés plutôt compliqués ; étant jeune j’ai été beaucoup blessé, plus tard j’ai commencé à me muscler pour pouvoir devenir très costaud physiquement ce qui ma énormément aidé et là les séries de victoires se sont enchaînées.

E-Z : En effet, on peut dire que tu fais partie des plus costauds du circuit ! Je me rappelle avoir assisté à l’un de tes premiers combats d’AFC, contre un spécialiste du Karaté. Cela évoque des souvenirs pour toi ?

G : J’ai beaucoup de souvenirs comme ça, notamment un combattant nettement plus costaud que moi, où finalement j’ai gagné de très peu, c’est l’un de mes meilleurs souvenirs. A partir de cette victoire j’ai commencé à avoir du respect et à enchaîner beaucoup de combats et bien sûr beaucoup de victoires !

E-Z : Question victoires justement, tu n’en es pas à tes premières, tu traînes sur les rings d’AFC depuis un moment... Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans le combat ? Et quelle est encore ta motivation ?

G : La motivation est venue de mon père, qui auparavant était un grand combattant. C’est lui qui m’a beaucoup appris, sur le ring comme dans la vie de tous les jours, il m’apporte sa pêche dans un grand combat, même pendant les coups de blues il est là. C’est lui qui m’a projeté dans ce sport.

E-Z : Alors comment abordes-tu cette Saison 4 Phoenix ? Quelles sont tes ambitions, tes objectifs ?

G : J’ai démarré très doucement, avec quelques combats gagnés, mais j’espère monter très vite dans le classement général. Mes objectifs pour cette saison sont de finir dans les 20 premiers du classement et bien évidemment apparaître dans quelques classements annexes, et je l’espère remporter un tournoi très rapidement !

E-Z : Quels moyens te donnes-tu pour arriver à tes fins ? Des entraînements particuliers ?

G : Déjà avec le temps, ma capacité physique augmente plutôt vite, et grâce à ça j’espère que cela va m’aider a monter au plus vite dans le classement. J’ai un combattant redoutable, un vrai guerrier, alors pas besoin d’entrainement particulier, juste bien préparer les matchs, c’est le principal.

E-Z : Et que réponds-tu à ceux de tes détracteurs qui affirment que ta musculature et ta puissance sont le fruit de produits illicites ?

G : Que ce sont des pauvres types, qui cherchent tout de suite la facilité !! [1] Moi je les em... parce que je sais ce que je vaux par rapport à certains types qui savent même pas où ils en sont !! Qu’ils viennent, je les attends...

E-Z : Ok ! Calme toi !... Parlons un peu de ton intégration récente dans la Team d’Enfer : jouerais-tu au papillon en passant d’une équipe à l’autre ? Pourquoi les avoir rejoints ?

G : Non je ne cherche pas à jouer au papillon, mais au début je cherchais tout simplement à monter ma cote de popularité, après lorsque la Team d’Enfer s’est créée, un ancien combattant, Murayama, des précédents AFC m’a contacté, il a souhaité que je rejoigne sa Team. Ce que maintenant je ne regrette pas du tout, car c’est une Team combattante et qui cherche à monter en puissance.

E-Z : Ok, ça a le mérite d’être clair ! Veux-tu ajouter un dernier mot pour tes fans ?

G : Je tiens à les remercier pour leur soutien. De plus je souhaite à la Team d’Enfer de faire une très bonne saison, de monter dans tous les classements et même d’être première partout !

E-Z : J’aurai tout de même une toute dernière question : ton tatouage, sur ton épaule gauche, il représente quelquechose ? Tu te l’es fait faire où ?

G : Mon tatouage je l’ai fait au Japon quand j’y ai passé quelque temps pour mon entraînement, plus précisément à Tokyo.[2]

E-Z : Vraiment ? T’es tu entraîné à des Arts Martiaux locaux ? Tes entraînements étaient durs ?

G : J’ai passé à peu près 1 an là haut, après avoir traversé une petite période creuse en amérique ; j’ai décidé de rejoindre le Japon par l’intermédiaire de mon entraîneur. J’ai vécu pendant ce temps dans un petit village à 50 km de Tokyo, à Ômiya, avec un Sensaï qui m’a enseigné l’art du combat, en ressortant de cet enseignement j’ai beaucoup appris en temps qu’homme. Les journées là haut étaient très difficiles, elles commençaient très très tôt, vers 5h du matin, et finissaient dans les alentours de 23h ; je n’avais pas réellement de vie, les activités physiques y étaient très éprouvantes, tout se faisait avec les moyens du bord. Durant cette période, j’ai eu droit à quelques combats contre des combattants locaux, mais très durs car tous les coups sont permis. La victoire particulière que je retiendrai est celle gagnée contre le champion régional de sumo, car malgré son poids il était très habile et très rapide, c’était une victoire difficile mais méritée !!

E-Z : Merci beaucoup pour ta gentillesse et pour le café... et pour le t-shirt dédicacé ! à bientôt sur les rings !

 [1]

 [2]


[1notre question a dû lui donner un coup de sang ! Goldberg vient de ramener les presses si fort qu’il a détruit les câbles et fracassé la moitié des poids en fonte ! Nous reculons d’un mètre environ...

[2pour mieux nous le montrer, Goldberg s’amuse à contracter son épaule et son bras ; c’est impressionnant, on dirait... on ne dirait rien, je n’ai jamais vu de tels bras !